Foyer Rural René Lavergne - Auzeville facebook frrl

Isaac mène la danse avec Zoom

"tango 2021".jpg

Danser est le fin mot de vivre (…). Toutes les fautes viennent de mal danser”, disait Jean Dubuffet. Coachés par le bouillant Isaac, chaque jeudi soir  d’irréductibles danseurs, débutants comme chevronnés, emboîtent le pas du Maître. Et en visioconférence s’il vous plaît !

Danser est le fin mot de vivre (…). Toutes les fautes viennent de mal danser”, disait Jean Dubuffet. Coaché par le bouillant Isaac, il devient difficile de fauter ! Chaque jeudi soir sous sa houlette, d’irréductibles danseurs, débutants ou chevronnés, emboîtent le pas du Maître. Et en visioconférence s’il vous plaît !

En dépit de cette période difficile et très particulière de pandémie, le cours de danse du jeudi se poursuit comme si de rien n'était. Le cours réunit chaque semaine en visio de 21 heures à 22 heures une quinzaine de participants.

Notre enseignant, Isaac, est très connu dans la région de Toulouse (et bien au-delà). Son enthousiasme, son sourire permanent et sa patience malgré nos erreurs (erreurs de pas, enchaînement des passes) sont inépuisables.

Que l’on soit jeune ou vieux, doué ou non…

Que l’on soit jeune ou vieux, doué ou non, il nous appelle par nos prénoms et sollicite notre approbation par un « ça va ou ça va ? ».

Isaac nous présente d’abord les pas, puis nous nous y essayons en musique à la maison : en ligne (virtuelle), puis si possible en couple.

Nous nous exerçons sur plusieurs danses : SALSA, CHACHA, ROCK…

L’ambiance est bonne, chacun apporte ses commentaires et ses rires.

Pour les débutants, il y a une reprise des pas de base.

Les faux débutants, après une révision, s'exercent à de nouvelles figures.

En fin de cours, Isaac enregistre une vidéo qu’il nous adresse par mail, pour compléter notre entraînement.

Les cours nous permettent également de nous revoir, d’échanger, de recueillir des nouvelles de chacun. Ils nous permettent donc de nous activer physiquement et de rompre notre isolement, ce qui est précieux en cette triste période.

Jean Delobel & Maurice Giuliani