Foyer Rural René Lavergne - Auzeville facebook frrl

20 km de rayon de soleil

20201129_091541.jpg

« La vie c’est comme la bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre » selon la formule attribuée à Einstein.

Un adepte de la petite reine l’emblématique savant ? On n’en sait rien, mais en physique, indiscutablement, il en connaissait un rayon. Et il est d’autre part bien établi que la pratique du vélo concourt à l’équilibre mental.

Dimanche matin 29 novembre, les cyclistes du Foyer (section VPT) revivent. Certains comptent bien profiter aussitôt de l’élargissement – de 1 à 20 km ‒ du rayon autorisé. « Fantastique sortie ce matin, soleil, vue, fraîcheur, tout au rendez-vous », exulte Kerstin1 à l’issue de la balade dominicale de VPT. Tu vas penser, lecteur, qu’il faut être givré pour partir à vélo ce dernier dimanche de novembre ? C’est le grand beau temps qu’annonce un soleil levant jovial et sans vent, mais, à  8 heures du matin, c’est frisquet. Givré ? Pas tant que ça. À vélo, la moindre côte relance le chauffage du corps, sans faire honte à son empreinte carbone.

Kerstin avait raison de se réjouir des conditions climatiques. Avec ses trois compagnons, le grand Pierre, l’opiniâtre René et l’infatigable Jean-Phi, elle est partie tôt, la fleur au fuseau. Et en maintenant les règles de la distanciation sociale. D’abord il leur a fallu fendre la brumaille dont la résistance allait vite fondre devant l’assaut du soleil. À contre-jour dans les champs et les bas-côtés, les gouttelettes argentées de gel posées sur la tige des herbes irisaient les rais de lumière. Sur les sommets, les coteaux dégageaient 360° de panorama jusqu’aux Pyrénées, permis de souffler un peu après la grimpette. Un bonheur simple gagné à la force du mollet ! Voilà, c’est ça l’ordinaire du VPTiste…

Et l’extraordinaire ? C’est l’évasion pour un week-end ou une semaine, au début du printemps et au bord de l’été respectivement. Cette année la tradition sera encore respectée sauf caprice de M. Covid. Le staff prépare une aventure de deux ou trois jours sur le flanc sud de la Montagne Noire ; Cabardès et Minervois seront donc explorés. Pour juin, une semaine en Lozère, le projet est ficelé. Les avaleurs de cols seront servis et les touristes choisiront dans une gamme de programmes, sérieux ou allégés voire même 100% farniente au bord de l’eau. Toutes activités excellentes pour l’équilibre, dirait Albert E.

Stéphane Lelong

[1] Kerstin est l’auteure des photos, dont certaines ont été saisies à ses risques et périls en roulant… et respectant la qualité du cadrage et la netteté de l’image.